Argot de bouche, salées, crues voire même très licencieuses et osées.

Si Mots de table, mots de boucheDictionnaire étymologique et historique du vocabulaire classique de la cuisine et de la gastronomie, paru en 2009 décrivait nos recettes et leur histoire.

 

« Argot de bouche » est le premier dictionnaire de vocabulaire familier et argotique de la nourriture, de la boisson et de la cuisine qui recense, avec plus de 3200 entrées, la plupart des idiotismes (*) gastronomiques de la langue française, tant anciens que contemporains.
Les idiotismes gastronomiques utilisent des termes liés à la nourriture, à l’alimentation, à la boisson et à la cuisine comme métaphores ; par exemple ces classiques : « les carottes sont cuites » pour une situation est sans espoir ou encore « cela se vend comme des petits pains » pour un objet qui est commercialement très convoité et bien sûr « défendre son bifteck » pour défendre ses intérêts. Le plus grand nombre de ces idiotismes s’explique par l’importance des domaines auxquels ils renvoient : nourriture-boisson-cuisine. Ils sont utilisés de tous temps, par et dans la plupart des populations.
(*) Idiotisme : Forme ou locution propre à une langue, impossible à traduire littéralement dans une autre langue de structure analogue (gallicisme, anglicisme, helvétisme, germanisme, hispanisme, latinisme…).

… D’autres mots ou expressions, au contraire, y vont : « une bouteille de derrière les fagots  » pour le meilleur vin de la cave ou « c’est le coup de bambou » pour une addition corsée (…) dans un restaurant ou encore «  cloche : se taper la cloche » pour s’envoyer un bon repas, gueuletonner. Tout comme, en parlant d’un produit (vinfromage,….) « ne pas être piqué des hannetons » qui signifie être intense ou remarquable en son genre.

Lire : https://www.gastronomiac.com/argot-de-bouche/